Accueil   
  Chroniques du Mont-Gargan  
 Un quartier à l'Est de Rouen - Par Dominique SAMSON 
  Précédent
  Suivant  
  
  L'église Saint-Paul  
   

Selon certaines sources, qu'il faudrait vérifier par l'archéologie, au Vème siècle, une première église fut érigée à cet endroit, sur l'emplacement d'un temple gallo-romain dédié à Vénus et à Adonis, divinités bien charmantes, n'est-ce-pas?. Entre 1120 et 1150, une église romane, surmontée d'une tour lanterne, la remplace. Construite avant St Julien au Petit Quevilly et après St Martin de Boscherville, c'est après la crypte de St Gervais, le plus ancien monument de Rouen, dont on peu voir les reste derrière l'église actuelle (choeur, abside et deux chapelles). Les motifs de décoration, dit corbeaux, représenteraient des têtes de saxons, francs et gaulois vaincus par les Normands. Les abbesses de Montivilliers avaient un fief voisin et y avaient installé quelques bénédictines (pas celles de Fécamp !), dans un prieuré qui, fondé en 1266, fut supprimé en 1660.

Deux anecdotes tout de suite, avant de remonter le cours de l'histoire : les abbesses ayant droit de haute, moyenne et basse justice sur cette zone, avaient à proximité, un gibet dressé en permanence pour l'exécution des sentences. Ils valaient mieux être en règle avec ces dames. En 1438, lorsque le monastère de St Paul fut occupé par les Anglais qui, on le sait, ont toujours soif, les abbesses firent une grande dépense en cervoise.

En 1618, on rase une partie de cette église qui est en mauvais état. A la place, on construit une église en pans de bois. La partie romane conservée devient la sacristie.
En 1827, on démolit de nouveau cette église (le XIXème s. a été un siècle où beaucoup de châteaux et églises ont été rayés de la carte). La quatrième église verra l'adjonction, en 1881-1882, de trois chapelles plus une de fonts baptismaux, qui existent toujours. A cette époque, converge en ces lieux une population pauvre, venant du faubourg, du Val d'Eauplet et de l'ile Lacroix, pas encore le Mont-Gargan puisqu'il n'y a pas encore de quartier construit, hormis un petit îlot de maisons entre les rues de Neuvillette et de Normare. En 1890, l'architecte Barthélemy, auteur de la basilique de Bonsecours, s'attèle à la construction d'une nouvelle église imitant le Xllème s. (c'est la grande mode). On construit les travées et les bas-côtés au fur et à mesure que la trésorerie de la paroisse le permet. Fin 1894, huit travées sur dix sont réalisées, l'ancien portail et le clocher sont démolis et remplacés en 1895. La bénédiction a lieu en 1895.

Si vous aimez les chiffres, sachez qu'entre 1900 et 1955, il y a eu à St Paul 11.915 baptisés, 5.485 communions, 3.483 mariages et 5.976 décès. Cette église est, avec la Maison de Quartier et l'école Jules Ferry, un des phares de notre quartier. Pour beaucoup d'entre nous, les grands moments de la vie, joyeux ou tristes, ont un lien intime avec ce monument.

© Copyright Dominique SAMSON - Janvier 2003

   
 Sommaire - www.rouen-off.com/mg