Accueil   
  Chroniques du Mont-Gargan  
 Un quartier à l'Est de Rouen - Par Dominique SAMSON 
  Précédent
  Suivant  
  
  L'école Leroy Petit  
   

Place Saint-Paul, on parle de démolir l'église inutilisée. Elle serait ainsi sacrifiée à la modernité, à savoir moins de pratiquants de la religion et surtout l'invasion démesurée des véhicules en zone urbaine. Rappelons que sur cette place Saint Paul, une école a aussi été sacrifiée à l'automobile lors de la construction du Pont Mathilde. II s'agit de l'école Leroy Petit .

Dès 1877, Monsieur Jules Lepicard, qui avait une usine à l'emplacement de l'actuelle déchetterie, souhaitait construire une école privée pour garçons. Un accord sera passé avec la ville de Rouen, propriétaire d'un terrain de 622 m.carrés, le 4 Mai 1878. La ville sera propriétaire de l'école 25 ans après, soit le 1° Octobre 1903.
En échange, la ville de Rouen cède tous ses droits sur les parcelles concernées et participe aux frais de chauffage, éclairage, et fournitures scolaires. Elle sera par contre réservée par la proposition de Jules Lepicard de confier l'école à des religieux même après 1903. L'architecte Sauvageot réalisera les plans de cette école.

En 1903, lors de la reprise de cette école privée par la ville de Rouen, cette dernière donne à l'établissement le nom de Leroy Petit, ancien instituteur et ancien adjoint au maire pour les affaires scolaires, décédé le 4 septembre précèdent.
Au rez de chaussée, il y avait une grande classe de 56 élèves, plus une autre de chaque côté de 40 élèves. A l'étage, il y avait une classe de 56 élèves. En 1905, 2 classes de 46 élèves sont ajoutées. En 1908, il y a 339 élèves .

Deux causes expliquent cette surpopulation scolaire: de plus en plus de familles nombreuses s'installent sur le Mont-Gargan et il y a peu de décès infantiles.
Pendant la seconde guerre, I'école souffrira des effets des bombardements, deux en 1942 et trois en 1944. En juin 1971, un des bâtiment, vétuste, avait son pignon ouest étayé, suite à un affaissement de terrain. Tout l'ensemble sera rasé pour permettre la construction de la bretelle du Pont Mathilde.
Une petite précision, pour conclure: les filles allaient à l'école Marcel Buquet après l'église St Paul, futur Centre de formation des apprentis. 

© Copyright Dominique SAMSON - Septembre 2006

   
 Sommaire - www.rouen-off.com/mg