Accueil   
  Chroniques du Mont-Gargan  
 Un quartier à l'Est de Rouen - Par Dominique SAMSON 
  Précédent
  Suivant  
  
  L'école Marcel Buquet  
   
Nous avons évoqué l'histoire de l'école de garçons Leroy Petit créée dès 1878 par un industriel et mécène Jules Lepicart. Ce même personnage avait passé une convention en 1862 pour 25 ans avec la ville de Rouen dans le but d'établir une école, comprenant deux classes maternelles pour les filles, sur une partie de l'ancien cimetière, terrain appartenant à la fabrique de l'église Saint Paul.

Le 18 Septembre 1874, le conseil municipal de Rouen autorise Monsieur Marcel Buquet, autre industriel demeurant rue Préfontaine, à construire une salle d'Asile, une crèche et une habitation pour les soeurs dans le square de l'église Saint Paul. Après sa mort, en 1876, son neveu, monsieur Givon propose en Juin 1891 de reconstruire à ses frais l'école primaire, sur le même plan que la crèche et l'école maternelle. En même temps, des travaux de consolidation sont réalisés sur le talus artificiel, car il est fait de remblais venant de la côte Sainte Catherine.

La nouvelle école de filles est inaugurée le 4 novembre 1892. Comme Monsieur Lepicard, à l'origine de cet établissement, n'a pas voulu donner son nom, l'école portera le nom de Marcel Buquet. Comme pour l'école de garçons un peu plus bas, l'école de filles va vite devenir trop petite. Ainsi, en avril 1907, il y avait 359 élèves répartis dans six classes. L'année suivante, il y aura 478 élèves pour huit classes prévues seulement pour 354 places. Dans certaines classes, on fait travailler et écrire les élèves à tour de rôle. Une neuvième classe comportera quarante deux élèves.

En 1933, l'école Marcel Buquet est la dernière école éclairée au gaz. Elle comprend un cabinet médical, une cantine, une salle des fêtes. On y enseigne le piano. Depuis octobre 1934, à cause de travaux de réfection de l'école, quatre vingt quinze enfants s'entassent dans deux classes. Une galerie de cure ou solarium est créée en 1936, avec deux lits de repos, ce qui sous entend la qualité de l'environnement dans les habitations du quartier. Une lingerie est installée dans les combles en 1937. Le 19 avril 1944, une bombe tombe à quarante mètres de l'école. Les dégâts matériels sont considérables. En 1955, la chorale dirigée par Monsieur Laurent obtient le prix d'excellence au concours départemental de chant choral.

Au début des années 1980, l'école laisse la place à un centre de formation des apprentis. Beaucoup de femmes se souviennent encore de leurs jeunes années sur les bancs de leur première école.

© Copyright Dominique SAMSON - Janvier 2007

   
 Sommaire - www.rouen-off.com/mg